24 et 26 avril – Deux dates pour ne pas oublier…

Cette semaine, en raison de la crise sanitaire, nous ne pouvons pas, comme chaque année, commémorer publiquement, le 24 avril, le souvenir du génocide des Arméniens de 1915, et le 26 avril, le souvenir des victimes de la déportation dans les camps nazis. Mais les communistes de Bagneux n’oublient pas ces deux dates commémoratives et font fleurir la stèle arménienne du square Kirovakan et le monument de la déportation de la rue de la Mairie.

Nous n’oublions pas !

En effet, le génocide des Arméniens perpétré par le gouvernement turc en pleine première guerre mondiale fut la première extermination organisée à grande échelle au XXe siècle. Il fit près de 2 millions de victimes éliminées en raison simplement de leur appartenance à un peuple. Ce génocide servit de matrice, de « modèle » aux dirigeants nazis ; ils s’en inspirèrent pour préparer et mettre en œuvre celui des Juifs (6 millions de victimes) et des Tziganes (plus de 500 000 victimes) d’Europe, pendant la seconde guerre mondiale.

Pas question d’oublier le système concentrationnaire nazi qui constitua, de 1933 à 1945, une entreprise criminelle d’exploitation (au profit des grands groupes capitalistes allemands) et d’assassinat de millions de victimes de toutes nationalités, de toutes croyances et opinions : opposants politiques et résistants de toute l’Europe (au premier rang desquels les communistes…), homosexuels, prisonniers de guerre soviétiques, personnes jugées « déviantes » etc.

Nous n’oublions pas !

En rendant hommage à toutes les victimes de la barbarie, de la violence d’état, du racisme et de l’antisémitisme, des crimes contre l’humanité, nous poursuivons ainsi le combat de toutes celles et ceux qui se sont opposés à ces crimes. Nous pensons particulièrement à nos aînés Gabriel Cosson, conseiller municipal communiste balnéolais déporté à Mauthausen, à Adrienne Hardenberg, déportée à Auschwitz, morts dans les camps. Nous pensons aussi à notre camarade Annick Scordia, survivante de la déportation, qui n’a eu de cesse d’expliquer et transmettre aux jeunes générations les valeurs de la Résistance face au fascisme, à la guerre, aux discriminations de toutes sortes.

Nous n’oublions pas !

Ces commémorations sont pour nous un appel à combattre le révisionnisme et le négationnisme qui continuent de s’étaler au grand jour : les gouvernements turcs successifs n’ont jamais, jusqu’à ce jour, reconnu le génocide des Arméniens de 1915, qu’ils continuent de nier…tout en poursuivant leur répression féroce du peuple kurde !

Pas question d’accepter non plus les résolutions récentes de l’Union Européenne attribuant pêle-mêle au régime nazi et au régime soviétique la « responsabilité de la deuxième guerre mondiale » ! C’est une négation de l’engagement communiste et de celui de l’URSS dans le combat contre le nazisme. C’est une insulte à la mémoire de millions de morts ! Et les symboles communistes (drapeau rouge etc.) sont quasiment interdits dans les commémorations officielles sur les lieux de déportation (où périrent, pourtant, des centaines de milliers de communistes de tous les pays européens). Pour nous, pas question de mettre dans le même sac les victimes et les bourreaux ! Ces tentatives révisionnistes devraient interroger tous les démocrates.

Ces 24 et 26 avril 2020, malgré le confinement, les communistes de Bagneux tiennent à rendre hommage aux victimes et à rappeler que le combat continue, contre l’oubli, pour la vérité historique, contre l’oppression, contre toutes les formes de racisme et de discriminations, pour l’humanisme, la solidarité et l’amitié entre les peuples.

Partager sur les réseaux sociaux

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de